Centre AFFD d’Antsirabe

Association d’Aide aux Filles et aux Femmes en Détresse

L’association d’Aide aux Filles et aux Femmes en Détresse (AFFD) est une association française fondée en 2004. Elle prend en charge des mineures prostituées pour les orienter vers un meilleur avenir professionnel en leur offrant une remise à niveau scolaire ainsi que des formations professionnelles. L’association est présente dans trois villes de Madagascar où elles possèdent des centres d’accueil : Antsirabe, Fianarantsoa et Morondava. L’action de l’AFFD a commencé en 2004 à Fianarantsoa, en 2006 à Antsirabe et en 2008 à Morondava. Ces centres sont soutenus par les sœurs Immaculées de Niort qui viennent parfois leur rendre visite pour quelques mois.

Objectif :

Sortir ces jeunes filles de la prostitution et de leur offrir un avenir stable.

L’association veut préparer ces filles à la réinsertion car beaucoup d’entre elles ont honte face à la société où elles ne pensent pas avoir leur place. C’est donc tout un travail de confiance en soi et d’image de soi que l’association tente aujourd’hui d’apporter à ces jeunes filles.

Profil des bénéficiaires :

Jeune femmes mineures prostituées, de 12 à 18 ans.

Nombre de bénéficiaires :

21 mineures (en date du 29 avril 2016).

Conditions d’accueil :

La plupart du temps, ce sont les familles des jeunes filles qui viennent demander au centre AFFD si une prise en charge est possible, mais il se peut aussi que les filles viennent d’elles mêmes ou encore qu’elles y soient envoyées sur recommandation de la police des mœurs. L’association fait alors une enquête auprès de la famille de la jeune fille et la rencontre deux ou trois fois pour connaître sa volonté se sortir de la prostitution. Le centre AFFD travaille également de manière étroite avec le juge des enfants.

Suite à quelques problèmes avec les enfants des filles, l’association n’accueille plus aujourd’hui que des jeunes filles sans enfant.

Ce que propose le centre AFFD d’Antsirabe :

  • Internat: accueil de jour et de nuit tout au long de l’année.
  • Scolarisation au sein du centre : les filles bénéficient d’une école de remise à niveau. Un professeur leur dispense des cours de malgache, de français et de mathématiques.
  • Education à la sexualité : L’association travaille avec le docteur Faratiana en ce qui concerne l’éducation à la sexualité.
  • Formation professionnelle : l’association propose une école de broderie et de couture pour former ces jeunes filles afin qu’elles trouvent plus facilement un travail par la suite. Elles cultivent aussi les terres appartenant au centre, ce qui permet aux jeunes femmes d’apprendre le maraichage et l’agriculture et au centre de faire des économies sur les achats de nourriture et de dégager des revenus supplémentaires (via la revente d’une partie de leur production maraichère).
  • Suivi des activités : le Centre AFFD organise une réunion annuelle pour rendre compte aux familles de l’avancée des projets. Si elle le souhaite, la famille peut venir au centre rendre visite aux jeunes femmes.
  • Ouverture d’un compte en banque : pour chacune des bénéficiaires du centre pour qu’elles aient un minimum d’argent à leur sortie du centre. On dépose sur ces comptes une partie des recettes de la vente des broderies.
  • Accompagnement à l’insertion professionnelle : A leur majorité, le centre AFFD aide les filles à se trouver un emploi stable et la plupart des jeunes filles accompagnées quittent alors le centre. Suite à leur sortie, l’association les aide pour payer les trois premiers mois de loyer ainsi que pour la nourriture, et ce le temps qu’elles se lancent et qu’elles deviennent financièrement indépendantes.

Fin d’accompagnement :

Les filles quittent souvent le centre à leur majorité, car elles ont trouvé un travail ou bien qu’elles se marient ou encore qu’elles retournent vivre dans leurs familles. Une aide financière leur est alors apportée et l’accompagnement se termine une fois que les bénéficiaires ont trouvé un emploi stable et deviennent financièrement indépendantes. Le centre d’Antsirabe assure ensuite un suivi en allant rendre visite à ses anciennes bénéficiaires.

Le centre peut également décider de ne plus accueillir une fille si celle-ci continue à se prostituer.

Moyens humains :

Huit personnes travaillent au centre AFFD d’Antsirabe :

  • un gardien,
  • la maître couture,
  • la maître broderie,
  • la professeur,

ainsi que quatre sœurs malgaches qui tiennent le centre. Une de ces sœurs est la responsable de l’éducation des jeunes femmes.

Moyens matériels :

  • un foyer d’hébergement pouvant accueillir au maximum 26 filles,
  • une salle de couture,
  • une salle de broderie,
  • une salle de classe,
  • une salle informatique,
  • un grand terrain pour le maraichage et la culture.

Financements :

Les centres AFFD de Madagascar bénéficient de financements depuis la France où est basée l’association. L’administration française s’occupe donc d’organiser des animations en France ou encore de vendre les broderies fabriquées par les bénéficiaires des centres de Madagascar, pour ainsi récolter des fonds. L’association peut également recevoir des dons de particuliers. L’ensemble de ces fonds sera alors la principale, voir l’unique, source de financement des différents centres AFFD de Madagascar.

Partenaires :

Le centre AFFD d’Antsirabe n’a pas de partenaires directs car c’est l’association française qui supervise tout.

Pourquoi ont-ils adhéré à l’OSCAPE ?

-> Participer aux formations proposées par le Réseau OSCAPE,

-> Participer à des échanges de pratiques et de savoirs entre les associations membres,

-> Pour que ses enfants bénéficiaires rencontrent d’autres jeunes lors des journées récréatives et des rencontres sportives organisées par la Commission Sports et Loisirs du Réseau OSCAPE.

Accueil de volontaires :

Le centre AFFD d’Antsirabe n’accueille pas de bénévoles.

Contact :

Sœur Fégrine

srsicniort.antsir@gmail.com

034 45 501 49